Petit mois de saint Joseph – 8ème jour. Saint Joseph père nourricier de Jésus

Les douloureuses épreuves du voyage de Nazareth à Bethléem ; les angoisses et les humiliations de l’arrivée dans cette dernière ville durent faire des premières heures de cette nuit bénie de Noël comme l’épanouissement complet, dans l’âme de saint Joseph, de l’atmosphère toute céleste qui allait entourer l’avènement de l’Enfant-Dieu.

La naissance de Jésus, la vue de sa Face divine furent pour Joseph comme les premiers ravissements du Paradis. Toute tristesse, toute préoccupation, tout regret s’évanouissent devant cette apparition divine. Il ne voit plus que son Dieu, n’entend plus que les gémissements de son amour, n’est plus sensible qu’aux abaissements inouïs de sa miséricordieuse bonté.

Comme Époux de Marie, il devient le chef du Fils comme de la Mère. Le Christ, le Fils de Dieu, Dieu de Dieu, qui comme Dieu n’est subordonné à personne dans le ciel, devient son Fils et c’est au Verbe éternel, splendeur vivante du Père, que saint Joseph commande.

Il entoure l’Enfant et sa Mère de toutes les attentions les plus paternelles et les plus dévouées, mais sans que rien vienne distraire son admiration, son adoration, son action de grâce sa prière.

Oh ! que nous devons envier ce recueillement, cette ferveur, cet ardent amour de l’aimable Saint.

Jésus, à son entrée dans la vie, recevait par Joseph de dignes prémices de l’amour des hommes et les sentiments de la religion et du culte de saint Joseph consolèrent Jésus du mépris des habitants de Bethléem.

Pratique. – Demander à saint Joseph de notre obtenir du Cœur sacré de Jésus son esprit de recueillement.

Cet article a été publié dans Piété. Ajoutez ce permalien à vos favoris.