Prises de soutane de Loïc et Fabien – 2 février 2017

Mes bien chers frères, dans quelques instants, par conséquent, je vais donner la soutane à Fabien et Loïc. Cela fait quatre prises de soutane en un peu plus d’un an. Alors comme je le rappelais lors de la dernière prise de soutane, la prise de soutane de Théo, cela signifie que le bon Dieu appelle ces jeunes gens à la formation sacerdotale ou à la vie religieuse et que ces jeunes ont compris combien la formation sacerdotale et religieuse, ne peuvent se faire et être vécues que là où l’on conserve et où l’on vit de l’intégralité de la foi catholique.

Alors vous vous doutez bien que cela se fait aussi malgré une certaine adversité, ou une adversité certaine, en ces temps où ceux qui devraient nous soutenir, non seulement ne le font pas ou ne le font plus, mais nous causent quelques difficultés, quelques ennuis.

Malgré cela nous continuons bien sûr, avec la grâce de Dieu, et puisque vous allez assister à la remise de soutane de ces deux jeunes gens, qui, je l’espère, persévéreront, je vous donne bien sûr quelques explications sur la soutane.

La soutane est l’habit distinctif du clergé. Comme je vous l’ai dit dans les annonces, c’est un uniforme. Je vous avais annoncé que je vous ferais sourire, et bien je vais vous faire sourire maintenant, et c’est vrai que lorsque vous êtes en soutane, vous allez faire vos courses au supermarché, en ville, bref vous êtes dans le monde si je puis dire, avec la soutane, on ne vient pas vous demander quelle profession vous exercez ! Ni si vous êtes le plombier du coin, les gens comprennent effectivement tout de suite.

Alors c’est un uniforme, et à l’heure où l’on se demande pourquoi l’on porte la soutane, il faut donc répondre que c’est un uniforme, et que le code de droit canonique, vous savez, ce code de droit qui gère finalement tous les baptisés et la vie des baptisés et stipule bien sûr, expressément, que les clercs et les religieux doivent, donc cette soutane, la porter partout et tout particulièrement pour les offices.

Alors avec un esprit anticlérical on vous dira que « l’habit ne fait le moine ». Mais lorsque l’on connaît ce que signifie la soutane, et je vais donc m’employer à le rappeler, ce qu’elle signifie, l’on comprend que si l’habit ne fait pas le moine, cependant il y contribue. C’est déjà ce que rappelait le saint concile de Trente, voici ce qu’il dit : « Encore que l’habit ne donne pas la vertu monastique, il faut néanmoins que les clercs portent toujours des vêtements convenant à l’ordre qu’ils ont reçu, et que l’honneur et la pureté de leurs mœurs reluisent dans la décence extérieure de leurs habits ».

Alors, à l’heure où le port de la soutane ne se rencontre pratiquement plus, car le pseudo clergé conciliaire, porte l’habit laïque, s’assimilant, comprenez le bien, s’assimilant ainsi à l’esprit du monde et à ses maximes, il faut donc savoir que le saint concile de Trente, parlait déjà des conséquences pour le clergé du port des habits laïques. Voici ce que dit à ce sujet le saint concile : « Mais quelques-uns sont si téméraires, et si oublieux du respect dû à la religion, de l’honneur clérical et de leur propre dignité, qu’ils ne craignent pas de porter publiquement des habits laïques, voulant participer à la fois aux choses divines et aux charnelles » (session XIV). Voilà ce que disait déjà, le saint concile de Trente.

Et tout cela est malheureusement vrai, et l’expression : « garde ta soutane et ta soutane te gardera » est donc fort juste, car le port de la soutane est le rempart contre l’esprit du monde. Que sont devenus tous ces prêtres qui ont quitté la soutane, quand l’autorisation a été donnée. Je vous rappelle d’ailleurs que ça s’est passé d’une drôle de façon,  parce qu’à Rome on n’a pas dit qu’il ne fallait plus porter la soutane, et imposer l’habit laïque, on a dit « il est possible de porter le clergyman », et rentrant dans l’esprit du monde et dans l’esprit conciliaire, qu’es-ce que cela a signifié ? Et bien ça veut dire qu’après on a presque regardé, vous qui portiez la soutane [en disant] « Mais qu’es ce que vous faites encore à porter la soutane, c’est interdit par Rome ». Ça n’a jamais été interdit pas Rome, mais le démon, sait très bien comment si prendre. Et voilà comment, certaines personnes emploient l’expression encore, « ils jeté leur soutane aux orties » Ils ont défroqués ! Mais c’est toute l’époque aussi des prêtres ouvriers. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, vous savez comment ça s’est passé à cette époque. Combien ? Combien de centaines voire de milliers de vrais prêtres, alors à l’époque, vraiment ordonnés validement, ont demandé et reçu l’autorisation de la part de cette Rome Conciliaire, ils ont été réduit à l’état laïc. Qu’es ce que cela veut dire ? Alors que l’on est ordonné et qu’on est prêtre pour l’éternité, réduit à l’état laïc. C’est-à-dire que l’on rentre dans l’esprit du monde et que l’adopte ses maximes. Voilà mes bien chers frères, donc il faut savoir aussi que d’autres écris ecclésiastiques disaient que : les statuts d’Angers, par exemple :

« L’habit ecclésiastique, dit-il, inspire toujours de la vénération et du respect pour celui qui en est revêtu, en même temps qu’il porte le prêtre, mais c’est valable aussi pour les religieux, à se respecter lui-même, et qu’il l’empêche de s’écarter de la réserve et des convenances qu’exige sa dignité ». « Garde ta soutane et ta soutane te gardera ». Voilà ce qu’il faut donc retenir.

Et ces explications, mes bien chers frères, ces citations plus exactement, m’amènent donc à vous expliquer brièvement, brièvement, la raison de la couleur noire de la soutane.

J’ai rencontré il y a quelques temps, le soir, il faisait nuit, je remettais un objet dans le centre d’Ornans, et une personne qui sortait du café à coté, vous imaginez son état, bon, je remontais vite fais en voiture, elle m’arrête et elle me fait, « vous me faites peur ». C’est la première fois, que j’entendais une réflexion comme ça, mais ça venait d’un homme qui malheureusement avait bu. Mais je vous l’ai dit tout à l’heure, c’est plus tôt rassurant, mais, petite anecdote, parce que la soutane et pourquoi le noir ? Il faut dire aux enfants, le noir ne doit pas faire peur. Et je vous donne donc la raison, le pourquoi de la couleur noir pour la soutane. Vous pouvez peut être… le deviné ou tout simplement certains d’entre vous, vous le rappeler puisque ce n’est point la première fois que je le rappelle lors de la prise de soutane.

Alors, pour cela je vous cite Monsieur Olier, alors Monsieur Olier était prêtre naturellement, mais il était fondateur des Sulpiciens, et donc pour les Sulpiciens, le directeur on lui disait Monsieur, donc Monsieur Olier, le prêtre fondateur des Sulpiciens, dit bien dans son traité des saints Ordres, que « la couleur noire indique la première disposition qui doit être dans le clerc, qui est d’être mort à tout l’amour et à toute l’estime du siècle », et s’inspirant de la pensée de saint Bernard, Monsieur Olier dit bien : « Le vêtement noir signifie l’humilité de l’esprit et le mépris du monde’’ ».

Voilà, donc mes bien chers frères, quelques précisions sur le port de la soutane et sur la signification de sa couleur noire.

Maintenant je voudrais, bien sûr, donner quelques précisions supplémentaires, par ce que l’Eglise signifie dans l’oraison même de la bénédiction de la soutane, que je vais donner donc dans quelques instants. Dans quelques instants, par conséquent, je vais dire dans une première partie de l’oraison: « Seigneur jésus, qui avez daigné vous revêtir de notre corps mortel, c’est le rappel de sa sainte Incarnation, nous vous supplions de répandre sur nous l’abondance de vos inépuisables libéralités et de bénir ce vêtement nouveau dont nos pères ont fait (le) choix, en place de l’habit séculier, pour symboliser l’innocence ou l’humilité ».

Donc je reprends : « Seigneur jésus, qui avez daigné vous revêtir de notre corps mortel », c’est donc, je vous l’ai dit, en comparaison avec sa sainte incarnation. Et c’est en comparaison donc que la soutane enveloppe le corps entier, et que celle-ci représente la modestie ainsi que la mort au péché. Pensez bien, que c’est tout un programme.

Et la longueur signifie aussi la pudeur et la chasteté. « La soutane, dit M. Olier,  couvre tout le corps, en témoignage que toute la chair est morte, et que le clerc qui la porte, ou le religieux, porte en soi la mort de Jésus-Christ en tous ses membres. En effet, il faut que celui qui est élevé à ce saint état montre en sa personne, la mort de Notre Seigneur et ses victoires, et il faut que toutes ses œuvres les prêchent et les annoncent partout. Saint Paul dit de tous les chrétiens qu’ils doivent être environnés en tout leur corps de la mort de Jésus-Christ (2 Co 4, 10). Donc cela se fait par le saint baptême, et à plus forte raison, pour celui qui rentre dans la cléricature, ou dans la vie religieuse.

C’est donc ce que figure la soutane qui couvre les clercs en général, qui environne tout le corps, et qui ne laisse rien voir d’eux que sous un habit de mort. « Comme ils sont tout à Jésus-Christ, continue M. Olier, et qu’ils se sont donnés à lui sans réserve dans la cléricature, non seulement ils doivent avoir crucifié leur chair en tous ses dérèglements, mais aussi en tous ses désirs. »

Voilà donc, mes bien chers frères, tout le programme de vie qui attend le jeune homme qui se destine à la vie religieuse et au sacerdoce. C’est le programme de sanctification personnelle, et la soutane, vous l’aurez mieux compris est toute l’expression extérieure, de cette vie intérieure. Alors maintenant vous saisissez mieux pourquoi j’ai répété déjà deux fois, que si l’habit ne fait pas le moine, il y contribue !

Alors, mes bien chers frères, et comme l’oraison de la bénédiction de soutane continue de l’exprimer, demandons à Notre Seigneur Jésus-Christ, que Fabien et Loïc et peut-être encore d’autres demain, nous le demandons nous l’espérons, qui veulent vous servir, en revêtant ce vêtement se revêtent en même temps de vous, et qu’au milieu des autres hommes, par la sainteté de leur vie, ils apparaissent à tous qu’ils vous sont consacrés, à vous, ô Dieu, qui vivez et régnez dans les siècles sans fin. » Voilà vous aurez donc l’oraison sur les feuilles que vous pourrez suivre dans quelques instants, mais vous avez dès maintenant, ces explications et ces significations.

Et puis enfin, mes bien chers frères, puisque nous accomplissons cette prise de soutane en cette belle Fête de le la Purification de la très sainte Vierge Marie, et bien, demandons dans nos prières pendant la messe et aujourd’hui, que la très sainte Vierge Marie soit la Médiatrice de toutes les grâces nécessaires pour que Fabien et Loïc qui désirent vous servir, en revêtant ce vêtement, puissent en même temps se revêtir de vous, et qu’ils puissent au milieu des autres hommes, par la sainteté de leur vie, apparaître à tous qu’ils vous sont consacrés.

Ainsi soit-il.

Abbé Michel Marchiset

Publicités
Cet article a été publié dans Notre communauté, Sermons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.