4ème dimanche de l’Avent 2016 – abbé Marchiset

Mes bien chers frères, en ce quatrième dimanche de l’Avent, l’Église nous rappelle de nous mettre dans les dispositions qui étaient celles des véritables Israélites. Ils venaient avec componction et foi dans le Messie, achever vers saint Jean-Baptiste leur préparation à le recevoir dignement.

Alors faisons de même pour cet avènement de Notre Seigneur en nos âmes. Et ce moment est presque arrivé. L’Église, vous l’aurez remarqué, nous le fait sentir avec le passage de l’Évangile de ce dimanche. Tout est prêt, il ne manque plus que Notre Seigneur. Tout est prêt pour la naissance du Sauveur. Et Dom Guéranger nous dit dans son commentaire sur ce dimanche : « Les oracles des Prophètes s’exécutent de jour en jour (…). Tout se prépare pour votre arrivée, ô Jésus ! C’est ainsi que vous renouvelez la face de la terre : daignez aussi renouveler mon cœur, et soutenir mon courage, dans ces dernières heures qui précèdent votre venue ».

Alors, mes bien chers frères, tout simplement, dans le secret de votre cœur, préparez votre confession ; et cela en dehors de cet esprit du monde, de ce paganisme de ces fêtes de fin d’année, car ce qui importe à l’âme, ce sont les vertus qui vous ont été rappelées en ce temps de préparation, comme autant de joyaux, alors ces vertus, qui doivent orner nos âmes pour la venue de Notre Seigneur à Noël.

Par conséquent, si nous voyons que dans notre préparation, nous avons encore des attaches au péché, eh bien demandons l’aide du Ciel comme l’Église nous l’a indiqué dans l’Oraison Collecte, de ce dimanche. Que précise cette oraison collecte ? « Elle craint (pour ceux-là, qui auraient des attaches encore avec le péché) que leurs péchés ne soient la cause du retard que l’Époux met à venir, et elle se recommande à sa miséricorde pour franchir ces obstacles », c’est le commentaire sur l’oraison, le commentaire qui est fait par Dom Guéranger. Alors demandons par conséquent à Notre Seigneur ce secours nécessaire pour franchir ces obstacles. Demandons-le par l’intercession de saint Jean-Baptiste, bien sûr, dont nous voyons encore une fois toute la mission. Et demandons-le bien sûr à la très sainte Vierge Marie, afin que s’opère dans vos âmes la naissance de son divin Fils. La naissance de son divin fils, car comme l’indique effectivement saint Bonaventure, « cette heureuse naissance a lieu quand l’âme, préparée par une longue considération, passe enfin à l’action ; quand la chair étant soumise à l’esprit, l’œuvre bonne arrive à son tour : alors la paix et la joie intérieures renaissent dans l’âme. Dans cette nativité, il n’y a ni lamentations, ni douleurs, ni larmes ; tout est admiration, tressaillement et gloire ».

Alors mes bien chers frères, tout cela c’est ce que je vous souhaite à quelques jours de la Fête de la Nativité de Notre Seigneur, donc de Noël. Ainsi soit-il.

Abbé Michel Marchiset

 

Publicités
Cet article a été publié dans Sermons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.